Le passage du lecteur

C’est sous cette appellation que seront groupés dorénavant toutes les lectures du Théâtre du Sentier.
Depuis plus de dix ans c’est bien de cela qu’il s’agit : voyager d’un lieu à l’autre, à travers le pays et la littérature contemporaine.

A chaque station : installer son décor minimaliste, lire puis échanger des impressions autour d’un verre, démonter et continuer le chemin comme le colporteur (passeur de cols), qui crée des liens.
Lire et écouter.

Acteur-lecteur est une ramification du métier d’acteur, une manière de retrouver un théâtre de la proximité par une simplicité d’approche et une multiplication des lieux de rencontre.

Parler de proximité, c’est créer un tissage serré entre les auteur(e)s, les auditrices et les auditeurs, les maisons d’éditions, les libraires, les bibliothécaires, les enseignant(e)s, les médias.

Bilan des lectures en 2011: 1985 auditrices et auditeurs
Bilan des lectures en 2012: 2814 auditrices et auditeurs
Bilan des lectures en 2013: 2271 auditrices et auditeurs

Inscrivez-vous sur notre liste de diffusion si vous désirez recevoir le programmes des lectures de manière régulière (envoyez-nous vos coordonnées par email).

Quelques autrices et auteurs lus les saisons dernières:
S. Corinna Bille, Marie Ndiaye, Georges Haldas, Nicolas Bouvier, Agotha Kristof, Fleur Jaeggy, Charles-Ferdinand Ramuz, Cécile Beauvoir, Etienne Barillet, Isabelle Eberhardt, Frédérique Pajak, Nicolas Couchepin, Ella Maillard, Ferdinando Camon, Mariela Mehr, Henri Deblue, Klaus Merz, Alice Rivaz, Jacques Roman, Kurt Marti, Jerôme Meizoz, Markus Werner, W.G. Seebald, Paul Nizon, Robert Walser, Pascal Quignard, Oscar Peer, Yves Bonnefoy, Alberto Nessi, Erica Pedretti, Fernando Pessoa, Jean-Marie Lovay, Yvette Z’Graggen, John Berger, Cesare Pavese, Bernadette Richard, Torgny Lindgren, Fabio Pusteria, Sylviane Dupuis, Anna Maria Ortese, Giorgio Orelli, Urs Karpf, Samuel Beckett, Daniel Maggetti, Nicolas Meienberg, Nathalie Sarraute, Mathis Zschokke, Bernard Comment, Henri Michaux, Yusuf Yesilöz, Friedrich Dürrenmatt, Luc Marelli, Christophe Gallaz, Pascal Nordmann, Rose-Marie Pagnard, Amélie Plume, Daniel de Roulet, Marie Gaulis, Thomas Hürlimann, Pascal Rebeter, Lucile Laveggi, Gilbert Pingeon, Serge Bourjea, Jean-Luc Benoziglio, Anne Weber, Bernard Jean, Valérie Rouzeau, Raymond Federman, Jean Echenoz, Sonia Ristic, Valérie Mrejen, Julia Sørensen, Corinne Desarzens, Charles-Albert Cingria, Eugène Savitzkaia, Herman Burger, Cécile Beauvoir, Oliver Rohe, Catherine Fuchs, Pierre-Alain Tache, Anne Perrier, Philippe Jaccottet, Yves-André Donzé, Michel Layaz, Valérie Godel, Honoré de Balzac, Chahla Chafiq, Karel Capeck, et beaucoup d'autres.

-

Interview réalisé par l’écrivain Garcia Villa-Rebos après la lecture de son livre « La mallette rouge » à la bibliothèque de St Prest.

Garcia Villa-Rebos
Claude Thébert vous dites avoir commencé votre métier d’acteur en 1967 à Aix en Provence, dans une pièce de François Billetdoux : « Silence l’arbre remue encore ».
Aujourd’hui en 2011 vous lisez dans une bibliothèque.
Avez-vous quitté la scène ?

Claude Thébert
Pas du tout. Pour moi c’est le même métier qui se poursuit en complémentarité. Je continue à jouer sur les scènes de Suisse Romande, en France et en Belgique. Mais je cherche aussi un rapport plus direct avec le public. Je devrais dire avec les gens.

G V-R
Est-ce vraiment le même métier ?

C T
Oui. Pour moi oui. Il ne s’agit pas comme on l’imagine souvent d’ouvrir un livre et de lire devant les gens. Je pourrais le faire mais il s’agit pour moi d’entreprendre tout un travail sur le texte. Comment à rendre la pensée de l’auteur, son style, le phrasé du texte. Un auteur propose une expérience par son récit et c’est cette expérience qu’il faut faire parvenir.

G V-R
Mais n’est-ce pas difficile et frustrant de lire pour un si petit public ?

C T
Oui et non.
Difficile ? Oui, parce que les gens sont là, très proches, éclairés et je perçois toutes leurs réactions : que ce soit dans une salle de classe, une bibliothèque, une maison de quartier, une galerie de peinture ou parfois dans la rue où le public est plus indiscipliné. Il s’agit de convaincre, sans effet, sinon les gens se rétractent.
Frustrant ? Non, parce que je cherche ce rapport dialogué. Je laisse la liberté à l’auditrice, à l’auditeur le soin de créer sa propre mise en scène, d’éprouver en toute liberté ses émotions et je peux les percevoir. Je pourrai lire dans un théâtre de 600 ou 1000 places. Avec les nouvelles technologies c’est possible. Mais là je tiens à cette proximité, à cette relation humaine.

G V-R
J’avoue qu’effectivement je me suis senti libre, détendu et concerné. J’ai pu fermer les yeux, rêver. J’ai découvert mon texte sous un autre angle. J’ai eu l’idée même de changer des mots, certains enchainements d’idées.
Mais dites-moi : 40 personnes c’est peu, non ?

C T
C’est beaucoup quand je lis dans un appartement, dans une salle où je regroupe deux classes.

G V-R
Et pourtant, il y a un décor, des éclairages, les livres de l’auteur et quelques-uns d’autres auteurs que vous avez déjà lus, ailleurs ?

C T
Le décor est nécessaire pour la concentration. Il faut un objet poétique pour voiler le quotidien, un objet en apparence simple mais qui est mûrement réfléchi par le scénographe Gilles Lambert avec lequel je collabore depuis 30 ans. Pour la « Vie errante », lecture-récital de Yves Bonnefoy, j’ai un décor spécifique qui est né d’une réflexion à partir de son œuvre complète.

G V-R
Qu’est-ce qui vous paraît essentiel dans cette démarche ?

C T
La souplesse, la légèreté, l’échange (c’est pour cela que je me déplace avec une petite librairie : pour la discussion après la lecture).
On parle beaucoup de médiation aujourd’hui. Je la pratique depuis 20 ans.
Et en plus j’ai horreur du vide. Alors quand je ne suis pas en train de tourner un film ou de jouer un spectacle dans un théâtre je peux organiser un tournée de lecture. Je trouve cet aspect du métier passionnant et c’est plus facile que d’organiser une tournée avec un spectacle de 20 comédiens.

G V-R
Si ce n’est pas indiscret, combien de personnes rencontrez-vous par année ?

C T
Ça dépend. Cette année 2011, j’ai lu pour 1985 personnes. Mais j’ai beaucoup joué dans les théâtres cette année. En 2010, c’était plus de 4000 personnes.

G V-R
Est-ce que vous avez à faire à un public de Théâtre ?

C T
Non. Sauf si je lis dans une petite salle d’un théâtre. Sinon, j’investis des lieux qui sont familiers aux gens qui leur appartiennent : maisons de quartiers, salles des fêtes, bibliothèques, librairies – on en a parlé. Par contre, dans ces lieux-là, je lis devant des personnes qui me disent après : « c’est la première fois que je vais au théâtre ».

G V-R
Et bien, merci Claude Thébert et bonne route ou plutôt bons sentiers puisque votre théâtre s’appelle Théâtre du Sentier.

C T
Oui, c’est ça. Merci à vous et bonne écriture. Je suis assez fidèle aux auteurs que je lis. Alors j’attends.

G V-R
C’est noté.